Le stress post traumatique.

Le traumatisme psychique ou le choc traumatique. Quel traitement pour guérir?

La personne perçoit un danger immédiat qui menace son intégrité psychique ou physique. Elle ne dispose d’aucune référence vécue pour l’analyser et y faire face. Très souvent, il s’agit d’une confrontation avec la mort comme dans un attentat, une catastrophe naturelle, un accident, la guerre, etc …, mais cela peut aussi être une agression ou un viol.

Quand l’esprit inconscient ne fait plus son travail.

Lorsque cela se transforme en choc post traumatique (heureusement pas dans tous les cas), la personne ne parvient pas à évacuer ce souvenir, même dans ses rêves. Quand le rêve tente de faire son travail de digestion, la personne se réveille en sueur, en hurlant et le processus s’arrête, comme si ce souvenir était trop douloureux, trop violent, trop « gros » pour passer. Dès qu’elle y pense, elle met en place une stratégie d’évitement (bien inconsciente) de peur que cela l’engloutisse. Le souvenir traumatique ne se digère pas. Ces personnes continuent de revivre l’événement en « flash back », par des pensées (ou images, sons, sensations, etc …) intrusives et non voulues. Parfois même la personne construit sa vie en rapport à cet événement.
Pour évacuer ce traumatisme qui se transforme parfois en angoisse invalidante, en parler n’est pas suffisant. Plusieurs techniques pour ne plus souffrir du choc post traumatique existent. Évidemment, on ne peut pas changer le passé, mais on peut modifier l’image et le ressenti que l’on en a. La première technique que j’utilise est (en résumé) de repenser à cet événement tout en alternant les cognitions entre le cerveau droit et le cerveau gauche. Pour ce faire, nous pouvons utiliser le mouvement des yeux, un « bruit stéréo alterné » ou une sensation kinesthésique (taping) alternant la droite et la gauche du corps (épaules, genoux, etc …). Je préfère une technique bien connue des pnlistes que je trouve bien plus sécurisée : la dissociation visuelle kinesthésique ou appelée aussi la double dissociation qui est aussi bien utile dans le traitement des phobies. Nous pouvons aussi, en transe hypnotique, réaliser un travail avec un lieu sûr et revivre cet événement en se dissociant des émotions trop envahissantes. La variation dans les procédures et les outils est fondamentale pour pouvoir s’adapter au mieux aux patients.

stress, hyper-stress

Publié dans Hypnose ericksonienne, La PNL Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*